‘‘Dénoncer les auteurs des violences pour qu’ils soient sanctionnés’’, a dit Maguessa Ebomé

‘‘Dénoncer les auteurs des violences pour qu’ils soient sanctionnés’’, a dit Maguessa Ebomé

Les bagarres dans les établissements se multiplient de plus en plus.

Difficile de passer deux semaines sans que l’on enregistre un combat entre établissement scolaire.

Les apprenants se livrent à des actes de violences au lieu de se concentrer sur leurs études.

Constatant ce désastre, le ministre de l’enseignement technique et professionnel, Thierry Ghislain Maguessa Ebomé, a fait une mise en garde à ces acteurs de violence : « Dénoncer les auteurs de ces actes pour qu’ils soient sanctionnés », a martelé le ministre.

Pour le ministre, le lycée technique industriel 1er mai et celui de 5 février à Brazzaville y compris Bernard Poaty à Pointe-Noire, les actes de violence sont devenus monnaie courante, avec le phénomène ‘‘ bébé noir ou kuluna’’ dans ces établissements.

Dans le but de terminer avec  ce banditisme en milieu scolaire, le ministre a exhorté les responsables d’établissements scolaires à plus de rigueur. Et, il a instruit l’inspection générale à systématiser et assurer le contrôle des établissements.

Il a, en outre, relevé qu’il y a une baisse notoire du taux de demande d’entrée dans les écoles du sous-secteur de l’enseignement et de l’Initiative école productive.

En outre, le ministre a profité de cette occasion  pour rappeler au personnel de l’enseignement technique et professionnel à se faire vacciner sans délai.

Car, pour lui, la vaccination est une condition pour travailler  en toute sureté.

« Si vous ne vous faites pas vacciner, vous ne travaillez pas. L’Etat prendra les sanctions conséquentes. Il n’y a pas de corrélation avec la vaccination et la suspension de salaire ».

Il a ajouté que l’accès dans les établissements sous tutelle sera conditionné par la présentation d’un passe-sanitaire numérique ou papier,  ou encore par la présentation des derniers résultats du test PCR  72 heures  après et validés par la tutelle.

Image avant : photo archive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.