Les femmes du Congo exhortent le gouvernement à veiller à l’application des textes

Les femmes du Congo exhortent le gouvernement à veiller à l’application des textes

L’organisation des femmes du Congo (Ofc), qui a clos les travaux de sa 2e session ordinaire du conseil central le 5 février 2022 à Brazzaville, a reformulé deux recommandations, dont celle exhortant le gouvernement à veiller sans faille à l’application des textes y relatifs en vue d’une représentativité significative des femmes au sein des organes de prise de décision.

S’agissant du secrétariat permanent du bureau politique du comité central du Parti congolais du travail (Pct), le Conseil a aussi recommandé au secrétariat de tenir compte de la représentativité des femmes à raison de 30% au moins, pour chaque liste des candidats, lors des élections législatives et locales prochaines, ainsi que le respect de l’alternance rigoureuse au tiers supérieur aux élections locales, conformément à la loi des délibérations du comité national d’investiture.

Le Conseil a par ailleurs justifié sa recommandation, par le fait que les femmes sont moins représentées dans les fonctions électives, administratives, politiques et administratives.

L’OFC a justifié sa recommandation, par le fait que les femmes sont sous représentées dans les fonctions
électives, politiques et administratives à tous les niveaux.

« Soucieuses de l’impérieuse nécessité d’une représentativité équilibrée entre femmes dans la gestion de la cité, en vue d’atteindre les Objectifs du développement durable, entendu que l’OFC doit relayer l’action du parti en milieu féminin ; nous invitons le Comité national d’investiture à se prononcer sur les candidatures féminines en toute objectivité et conformément à la loi électorale », mentionne la recommandation de la session ordinaire du Conseil central.

Approuvé par la présidente du secrétariat exécutif national Inès Nefer Bertille Ingani, demande au secrétariat du Pct d’avoir un regard attentionné sur les dossiers des candidatures des femmes.

« L’OFC compte sur vous pour avoir des places méritées. Les femmes ne veulent plus être seulement un flambeau de mobilisation mais des actrices actives du développement de notre pays. Nous ne souhaitons plus entendre des termes comme où sont les femmes ; elles ne sont pas engagées. Nous sommes une majorité silencieuse. Comptons sur votre leadership pour éradiquer la discrimination vis-à-vis des femmes », a indiqué Ingani.

Dans son intervention, le secrétaire général du PCT, Pierre Moussa, a invité l’OFC à se mobiliser en faveur des candidats et candidates du parti lors des prochaines élections. Il a, réitéré la volonté de la direction politique nationale de mettre à condition au maximum le leadership féminin.

Dans un climat de convivialité, la 2e session ordinaire du conseil central a été une occasion pour ces femmes, d’évaluer l’action de la dite organisation pour l’année 2021, adopter le rapport d’activités du secrétariat national de l’Ofc ainsi que le rapport moral de la commission nationale de contrôle et d’évaluation sans ignorer des actions à mener en 2022.

Clôturant les travaux, la secrétaire permanente chargée de la condition féminine, de l’enfance et de la famille du PCT, Esther Ahissou Gayama, a rappelé que les élections législatives et locales de 2022 sont un défi majeur pour le parti, socle de la majorité présidentielle qui ambitionne de remporter le maximum de sièges. « Dans notre pays, en dépit des efforts consenti, la représentativité féminine n’a pas connu d’évolution significative, malgré la volonté politique pourtant clairement affichée », a dit Gayama. Avant de poursuivre, que  » Les prochaines échéances électorales sont une occasion pour constituer une base importante pour la démocratie parlementaire et locale. C’est dans ces assemblées que l’avenir du peuple se décidera pour les cinq ans à venir. Dans l’actuelle assemblée, les femmes ne représentent que 11, 25% ».

Enfin, elle encourage toutes les femmes ayant fait acte de candidature à rester vigilantes et mobilisées jusqu’au verdict du comité d’investiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.