Les effets du plan de résilience attendus par les consommateurs

Les effets du plan de résilience attendus par les consommateurs

Depuis le début de cette année, les consommateurs n’ont cessé de se plaindre de la flambée des prix sur les denrées alimentaires y compris l’huile et la farine de blé. La spéculation des prix sur les deux derniers produits est consécutive à la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Si des mesures ont été prises pour faire baisser partiellement les prix de l’huile et de la farine de blé, les autres denrées alimentaires n’ont pas été couvertes par cette opération.

En réponse à cette flambée des prix et à la perspective d’une crise alimentaire, le Gouvernement a adopté au mois de de mai un plan de résilience. L’Observatoire Congolais des Droits des consommateurs salue l’adoption de ce plan et espère qu’il produira les effets pour lesquels il a été initié. En effet, les mesures proposées dans ce plan sont nobles si sa mise en œuvre est accompagnée par un leadership au sein du Gouvernement car plusieurs mesures nécessitent un encadrement spécifique.

Il s’agit entre autres des mesures liées à la libre circulation des véhicules transportant les denrées alimentaires, intrants, agropastoraux et halieutiques sur toute l’étendue du territoire national. Les frais des péages y afférent, durant les 12 mois à la charge du budget de l’Etat ; l’application du régime d’exception de blocage des prix conformément à la loi 6-94 du 1er juin 1994 portant règlementation des prix, normes commerciales, constatation et répression des fraudes commerciales ; la publication d’un texte relatif à la liste des produits dont les prix feront l’objet de blocage de manière transitoire.

Le statut quo observé sur la faisabilité de ces mesures laissent à supposer une connivence entre les mandataires de l’Etat chargés d’implémenter ces mesures et les professionnels (les commerçants importateurs). L’Observatoire reconnait les efforts engagés par le Gouvernement pour réguler le prix de la farine de blé. En revanche, il présente ses vives préoccupations sur la qualité du pain fournit aux consommateurs. Les services compétents devraient s’y pencher pour rassurer les consommateurs. 

De même, la libre circulation des véhicules transportant les denrées alimentaires, intrants, agropastoraux et halieutiques sur les routes à péages ne sera effective que si le ministère concerné prend un texte d’application et le vulgarise aux usagers. C’est à ce prix que les transporteurs locaux jouiront de cette mesure. Les consommateurs continuent aussi d’attendre les textes sur le blocage des prix et sur la liste des produits de première nécessité afin d’éviter de gérer les questions liées à l’inflation de manière conjoncturelle. Les associations des consommateurs espèrent qu’elles seront impliquées dans l’élaboration de la liste des produits dont les prix feront l’objet de blocage de manière transitoire.

Source : Association des consommateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.