Udr Mwinda : la réconciliation au cœur des assises

Udr Mwinda : la réconciliation au cœur des assises

La salle de l’Acerac à Brazzaville, a accueilli des assises placées sous le signe de la réconciliation avec les membres de l’Union pour la démocratie et la République (Udr-Mwinda), ce 6 septembre 2021.

Les assises tenues sous le thème central : ‘‘ Udr-Mwinda : unissons-nous pour garder allumé la lampe de ya Milos’’, avaient comme objectif, se rassembler pour parler d’une seule voix vis-à-vis de leurs peuples, promouvoir la réconciliation et montrer aussi à ce public l’engagement pris par le parti dans ce processus.

Selon le président du parti, Guy-Romain  Kinfoussia, cette initiative s’inscrit dans la lignée des efforts du président fondateur André Milongo, qui aimait l’unité pour s’attendre à un travail de qualité.

S’agissant sur la question de savoir, pourquoi le parti parle t-il de la réconciliation, le président Kinfoussia répond : « Le parti étant en déliquescence et certains camarades s’étaient éloignés du parti pour diverses raisons. Nous avons connu une période de grandes crises. Et, pour que le parti joue pleinement son rôle, il faut qu’il soit rassemblé, c’est pour ça que nous avons initié cette campagne de réunification et de réconciliation ».

En fait, les membres du parti ont prêté serment main dans la main, pour ne plus jamais tomber dans la crise qu’ils ont vécu, d’après son président.  

« On ne pouvait pas aller aux prochaines échéances électorales en rang dispersé il fallait se rassembler pour parler d’une seule voix vis-à-vis de notre peuple », a-t-il conclu.

Dans son mot de circonstance, le président de l’Udr-Mwinda a rappelé au chef de l’Etat la nécessité de convoquer un dialogue politique sincère. Une occasion propice pour les filles et fils du Congo de discuter et trouver des solutions aux problèmes auxquels la population est confrontée.

Invités officiellement à y prendre part, Paul Dihoulou et Dominique Foufoundou, considérés comme principaux acteurs de la dissidence, ont brillé par l’absence.

Dans la salle, hormis le président du parti, Bonaventure Mbaya et quelques autres dissidents  se sont présentés.

 « Nous avons initié ces assises pour réconcilier et réunir tous les membres de l’UDR-Mwinda ayant déserté le parti. A cet effet, nous avions adressé, en bonne et due forme, des invitations à Paul Dihoulou, Foufoundou ainsi qu’à quelques autres de nos camarades mais hélas, ils ne se sont pas présentés », a dit un parti qui a requis l’anonymat.

Joint au téléphone après la cérémonie, Dominique Foufoundou a rejeté en bloc la réconciliation, qualifiant ces assises de « putsch » contre l’UDR-Mwinda. « La réconciliation organisée ne concerne en rien les grandes préoccupations de notre parti. Et ce n’est pas à travers de simples invitations, monnayées et sentimentalistes adressées à tierces personnes qu’il s’essayera de résoudre les attentes du parti. Cette démarche n’est qu’une reconquête de leadership et de légitimité perdus », a-t-il souligné.

Dans un communiqué, l’UDR-Mwinda a fait savoir que la réconciliation organisée visait à redynamiser ses forces en vue de faire face au défi de l’alternance politique et démocratique au Congo. Cette réunification vise aussi à bien préparer les élections législatives et locales de 2022, pour lesquelles le parti tient à participer.

Rappelons que l’Udr-Mwinda a été créée en 1992 par feu André Ntsatouabantou Milongo.

La photo de fmlle entre participants et leaders du Parti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.