Le Congo commémore le 61ème anniversaire de son indépendance

Le Congo commémore le 61ème anniversaire de son indépendance

Le peuple congolais a commémoré ce 15 août 2021 à Brazzaville, le 61ème anniversaire de son indépendance acquise le 15 août 1960.

En raison des contraintes liées à la pandémie du covid-19, la cérémonie présidée par le Chef de l’Etat Denis Sassou N’Guesso, a été célébrée à travers une prise d’armes symbolique, placée sous le thème : ‘‘ Dans la paix, réslients face au covid-19, solidaires pour la vaccination, relançons notre économie’’.

En effet, la fête de l’indépendance a été marquée par un seul temps fort, l’évocation du premier ministre,  chef du gouvernement Anatole Collinet Makosso.

Le Chef de l’Etat, commandant suprême des forces de défense et de sécurité arrivé à 10h 57 minutes à l’esplanade du Palais des Congrès a passé les troupes en revue.

A cette occasion, les présents ont écouté l’hymne national interprété par une troupe musicale de la marine suivi de vingt un coups de canon.

Dans son message évocateur, le premier ministre s’est d’abord réjoui de constater que le Congo est un pays respectable, qui a sa place dans le concert des nations, en témoigne les nombreuses étrangères vivant au pays.

« Après avoir forgé notre Etat indépendant et souverain que nous préservons jalousement, après avoir construit notre Etat unitaire et indivisible que nous consolidons par nos efforts, nous nous sommes investis à créer l’Etat de droit. Oui ! L’Etat dont nous célébrons l’indépendance aujourd’hui est un Etat de droit », a-t-il signifié. « L’Etat d’une jeunesse décomplexée qui sait se prendre en charge en s’engageant dans la production des richesses par la création des start-up dans l’agriculture, le numérique, l’artisanat, le tourisme et la culture », a poursuivi le premier ministre. Avant d’appeler tous les congolais à s’unir pour célébrer, magnifier, vénérer et restaurer l’Etat, tout en adoptant des comportements exemplaires.

Le premier ministre a aussi rendu hommage aux pères de l’indépendance notamment les français et  prédécesseurs ayant présidé le Congo depuis son accession à la souveraineté internationale. « « Nous ne trahirons jamais les engagements de nos pères fondateurs « , a-t-il conclu.

Le 1er ministre, Chef du gouvernement lors de son évocation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.