Un député condamné à 30 ans de travaux forcés à Brazzaville

Un député condamné à 30 ans de travaux forcés à Brazzaville

Un député de la majorité de la République du Congo a été condamné par contumace à 30 ans de travaux forcés et au paiement d’une forte amende, a-t-on appris mercredi auprès de la Haute cour de justice.

Le député Ghislain Galibali « a été reconnu coupable des faits qui lui sont imputés, notamment l’infraction de faux et usage de faux et escroquerie pour salaire », a déclaré Henri Bouka, président de la Haute cour de justice.

« M. Ghislain Galibali est condamné à une peine de 30 ans de travaux forcés », a-t-il dit.

Cette juridiction reproche à Ghislain Galibali (51 ans) d’avoir fourni « un faux diplôme d’Ingénieur en développement » qui lui a permis d’être recruté comme agent du Fonds routier, une agence publique d’entretien des routes à travers le Congo.

Son employeur lui a versé un important salaire pendant 14 ans, selon la cour.

« Ainsi, pour faux en écriture publique, Ghislain Galibali doit payer » d’ici deux ans « la somme de 101,3 millions de FCFA (plus de 152.000 euros) au Fonds routier, en termes de remboursement des salaires », a ajouté cette juridiction.

L’immunité parlementaire de M. Galibali, élu député de la circonscription de Lékana dans les Plateaux (Centre) en 2017, avait été levée au cours d’une session spéciale de l’Assemblée nationale, peu avant l’ouverture de son procès, le 13 mai devant la Haute cour de justice.

Pendant les audiences, M. Galibali, absent du pays, n’était pas représenté par un avocat. La Cour n’a entendu que les deux témoins à charge et le directeur du Fonds routier, a constaté un journaliste de l’AFP.

La Haute cour de justice du Congo-Brazzaville juge en premier et dernier ressort.

Source V.A

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.